ENDOMETRIOSE

Endométriose et moi : mon quotidien depuis l’opération

28 octobre 2019, 15h00, l’infirmière m’installe dans ma chambre et me met directement à l’aise. Elle m’explique le déroulement des prochaines 24h, les médicaments que je vais devoir prendre, la toilette, les soins que je vais devoir effectuer mais aussi, le déroulement de mon lavage. OUEP ! Tu sais, en 6 mois à décompter les jours pour cette opération, c’est ce foutu lavement des intestins qui me stressait le plus !

Je vais t’épargner les détails du lavement mais c’est mon pire souvenir de tout mon séjour hahaha ! Force à toi si tu dois un jour boire du Moviprep ! Rien qu’à en parler, j’ai envie de vomir de dégoût.

Bref, comme tu le comprends, il fallait que je me vide totalement et que je sois clinquante de l’intérieur pour le bon déroulement de l’intervention. On m’annonce que l’opération se fera le lendemain, le 29 à 13h et qu’à midi, je dois être couchée dans mon lit, prête à être transportée.

LOL. Mon dernier repas datait de 12h le 28, et je suis restée ensuite totalement à jeun, vidée de chez vidée jusqu’à… 16h le 29 au final.

L’opération et le réveil

Allez, c’est parti. J’arrive en salle d’opération où on me prépare pour l’intervention. L’équipe était assez fun, délirait, ça m’aidait à déstresser. Puis, 1,2…3. Il est aux alentours de 18h15 lorsque je me réveille. Paniquée, en pleurs, je ne sais absolument pas si les résultats sont positifs ou si on va m’annoncer de mauvaises nouvelles. On me ramène dans ma chambre et mon chirurgien gynécologue arrive assez rapidement pour me raconter.

Je le vois très souriant. Je souffle rassurée ! Il m’annonce que l’opération a été plus rapide et s’est mieux déroulée que prévu ! Il m’explique qu’on m’a enlevé les adhérences et que mes organes sont tous en très bons états encore, que les tests de fertilité ont été bons et que je n’ai aucun soucis à me faire ! Cependant, il m’explique qu’en opérant, lui et l’équipe ont remarqué que mes ligaments utéro-sacrés (les ligaments qui « relient » ton utérus à ton sacrum) étaient beaucoup trop courts et épais. Ce qui expliquait que j’avais sans cesse mal et des tensions dans le bas du dos. Au repos, ils étaient hyper tendus, mais alors pour peu que j’avais des contractions, ça tirait encore plus sur mes ligaments. Ils ont donc été obligé de me les retirer. Il m’a assuré que c’était sans gravité pour ma santé et que je n’avais aucun risque pour de futures grossesses ou autre. Bref, état des lieux positif.

Convalescence

La première nuit a été hyper mouvementée et douloureuse à la suite de la cœlioscopie. J’ai remercié tous les dieux pour l’existence de la morphine haha ! Mon chirurgien m’annonce que je peux très vite quitter l’hôpital et dès le lendemain de l’intervention, je suis rentrée chez moi.

Les deux semaines les plus longues et chiantes de ma vie. L’ennui total. J’ai voulu trop vite m’activer (courses, nettoyage…) et mon corps m’a très vite rappelé à l’ordre qu’il fallait que je me repose.

Complications post-opération

3 semaines après mon hospitalisation, j’ai été prise de douleurs hyper violentes, vomissements, nausées, fièvre, sueurs froides. Je hurlais de mal toutes les 4 heures environ. Une amie et mon compagnon ont dû m’emmener aux urgences à deux reprises. La première fois, mon chirurgien m’a pris avant tous ses rendez-vous, la deuxième fois, vers 2h du matin.

On refait des examens, on vérifie tout et il m’explique que je suis en pleine ovulation, que la cicatrice interne est encore toute fraiche (il lui faut 2 mois au total) et que cela crée des douleurs. De plus, on remarque qu’une sorte de kyste de 3cm est sur mon ovaire gauche, mais que je ne dois pas m’en tracasser, ce sont des masses qui arrivent aussi vite qu’elles ne partent. Bon, ok. Je dois malheureusement juste attendre que mon ovulation passe et me shooter aux anti-douleurs.

Bilan après 1 mois et demi

Je retourne à l’hôpital pour faire un état des lieux. Mon gynécologue me montre la vidéo de toute l’intervention et c’était juste génial de pouvoir mettre des images sur ce que j’avais ! Vraiment, ça m’a beaucoup aidé et rassuré de voir l’intérieur si « propre ». On a refait des examens et BINGO, aucune douleurs, tout est parfait, même le kyste a déjà disparu. Il m’annonce qu’on se reverra dans un an pour s’assurer que tout va bien et qu’au moindre doute, je suis la bienvenue dans son cabinet. Vraiment, c’est à ce moment-là que j’ai compris l’importance d’avoir un RÉEL médecin à l’écoute.

Ça fait maintenant 4 mois bientôt depuis l’opération et ma qualité de vie n’a jamais été aussi bonne ! Mon moral est bon, mon couple va mieux, j’ai à nouveau confiance en nous et en l’avenir. Je n’ai plus eu une seule contraction/perte de connaissance/douleur/nausée… Même mes rapports sexuels ne me font plus mal ! J’ai aussi repris le sport. Activité qui était un supplice ! Je comprends mieux maintenant pourquoi avec mes ligaments utéro-sacrés… Je reprends doucement ma vie en main et j’ai l’impression de revivre. Je m’autorise enfin à croire en mes projets, à me lancer, à me concentrer sur le reste alors qu’avant, la maladie me pompait toute mon énergie.

Une part de moi a toujours peur. Même si je m’en réjouis aujourd’hui, je garde dans un mini coin de ma tête que ça peut revenir à tout moment. Mais je préfère profiter, y penser le moins possible et profiter !

Bref, ma deuxième vie commence.

Commentaires



Laisse un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :